Armes

Le Iaidō est un art martial tourné vers l’usage du sabre. A très haut niveau, il est possible de le pratiquer avec une lame vive, c’est-à-dire un véritable Katana.

Les sabres doivent comporter :

  • Un fourreau (Saya)
  • Une garde (Tsuba)
  • Une cordelette (Sageo)
  • Une poignée (Tsuka)
  • Et une lame (Ha)

Bokken :

Pour débuter dans la pratique du Iaïdo, l’élève démarrera avec un Bokken. Le Bokken est généralement en chêne blanc et comporte une garde (Tsuba) en plastique ainsi qu’un fourreau (Saya).

1451778615128

Comment choisir son bokken

Iaitō :

iaito_tn

Avec l’expérience, l’étape d’après consiste à acquérir un Iaïto qui est une réplique d’un véritable Katana sans être affuté. Pour faciliter son entretien, il est réalisé dans un métal chromé plutôt qu’en acier.

On notera que plutôt que s’attacher à tel ou tel détail décoratif (motif sur la Tsuka par exemple), il est préférable de choisir une lame équilibré et un équipement robuste. Il est également de bon ton de choisir un équipement (Saya et Tsuka) au couleur discrète.

Le choix du Iaitō est très important il est donc fortement conseillé de demander conseil aux enseignants.

Il est possible de commander un Iaitō dans son ensemble ou bien de choisir chaque pièce.

L’important est la taille de la lame. Ci-dessous le tableau officiel de la fédération japonaise pour les tailles de lame en fonction de la taille du pratiquant.

Taille (cm) Longueur de lame (shaku) Longueur de lame (cm)
150 2.20 66.6
155 2.25 68.2
160 2.30 69.6
165 2.35 71.2
170 2.40 72.7
175 2.45 74.2
180 2.50 75.8
185 2.55 77.3
190 2.60 78.8

NB : Il est recommandé aux femmes de pratiquer avec un modèle 0.05 shaku plus court. 

La taille de la tsuka est aussi importante car elle détermine l’équilibre de l’arme. Cela va dépendre du fabriquant.

Il existe aussi des modèles avec lames allégées.

Comment choisir son Iaitō

Le Iaidō, même si il s’agit d’un sabre d’entrainement reste dangereux. Il est donc important de vérifier régulièrement que la lame n’est pas tordue et que l’ensemble est bien monté. Le mekugi (pièce de bois qui fixe la lame sur la garde) doit notamment bien être fixe.

  •  Le frein

Le frein sur la saya évite à la lame de glissé hors du fourreau. Parfois, ce frein va disparaître à l’usure, il est donc important de pouvoir le réparer.

Il est possible d’utiliser des hanches de clarinette ou de saxophone et de la colle en bois.

  •  Le Mekugi

Le mekugi est la goupille liant la lame au reste du sabre. Cette pièce peut s’user a force d’utilisation, il est donc important de vérifier à chaque utilisation que la pièce est bien en place mais aussi que la pièce en elle même ne s’use pas. Pour cela il faut la démonter une fois par an.

  •  La lame :
 Si la lame est en acier, utiliser  l’huile de clous de girofle diluée. (L’huile non diluée est abrasive). Si elle est en alliage de zinc (généralement aluminium + zinc) ou en acier inoxydable, l’entretien n’est pas nécessaire mais la huiler avec de l’huile d’amande douce permet d’entretenir la saya.
Il est important de polir la lame avec de la poudre de craie tout en prévenant l’oxydation grâce à l’huile  :
–  Retirer l’huile ancienne avec un papier de riz.
–  Saupoudrer de la craie broyée sur la lame à l’aide de l’uchiko.
–  Essuyer la lame avec un papier de riz pour la polir et la nettoyer.
– Huiler à nouveau la lame.
– Ranger le sabre dans la saya (fourreau). la lame huilée en contact avec le bois du fourreau va nourrir le bois et éviter ainsi l’assèchement.

Comment entretenir son sabre

Shinken :

Le Shinken  « Nouveau Sabre », correspond au sabre aiguisé de facture moderne. Cependant sa manufacture respecte les étapes traditionnelles. Il est utilisé en Iaidō par les pratiquants avancés (>4 dan), il devient obligatoire à la présentation du 6ème dan. Il ne convient donc absolument pas aux débutants et aux « petits grades ».

Jo et bokken :

Pour pratiquer le Jodō, on utilise un bâton de chêne blanc ou Kashi (l’un des bois les plus durs existant dans l’archipel Nippon) de 1,28 mètre de long pour un diamètre de 2,4 centimètres. Le sabre utilisé est également de même bois et long d’un mètre (75 centimètres de lame ou Ha et 25 centimètres de poignée ou Tsuka), les mains sont protégées par une garde en cuir bouilli ou Tsuba et une contre-garde en matière synthétique ou Tsuba Domé. La tenue traditionnelle est identique à celle qu’a adoptée le Kendō moderne : Hakama ou jupe culotte traditionnelle des guerriers japonais, veste d’entraînement en coton épais ou Keïkogi et enfin ceinture ou Obi.

 

Nos conseils de sites où acheter ce matériel sur notre page de Liens.

Sources : Suishinkai-dojo ; BudoXI

Législation relative au transport des armes :

Conformément à la législation en vigueur, Iaitō et shinken sont des armes de 6ème catégorie.

L’article 57 du décret n°95-589 du 6 mai 1995 relatif à l’application du décret du 18 avril 1939 fixant le régime des matériels de guerre, armes et munitions, oblige, en ses 2° et 3°, tout pratiquant se promenant avec son sabre, sur la voie publique, de justifier de son inscription au Comité National de Kendo auquel la pratique du Iaïdo est rattachée.

Le Iaitō doit être enveloppé dans une sacoche en soie, puis dans un sac de transport approprié.

Les forces de l’ordre disposent, sous le contrôle du juge judiciaire, d’un pouvoir souverain d’appréciation.

Il convient de se munir de sa licence en cours de validité pour tout déplacement avec lesdites armes.

Armes
Avis