Portrait de Gaëtan Tellier

Le 31 mars 2019 s’est déroulé l’Open de France de Jodo où le columerien Gaëtan Tellier, a obtenu sa seconde médaille d’Or après celle du Championnat de France 1 mois auparavant. Il nous livre en exclusivité ses secrets.

• Qui es-tu ?

Je m’appelle Gaëtan Tellier, j’ai 38 ans, né à Coulommiers, marié et j’ai 2 enfants de 6 et 8 ans.

• As-tu fait d’autres arts martiaux avant ?

J’ai fait 2 ans et demi de Viet Vo Dao au 8e Roseau de Jouarre. J’ai arrêté car c’était trop physique. Mes épaules et mon dos n’ont pas suivis… Je suis tellement souple (rire). J’aurais bien voulu continuer mais j’aurais fini estropié.

• Tes limites physiques ne te gênent pas au iaido et jodo ?

Si ça me gêne, mais on peut plus facilement adapter sa pratique à une contrainte physique. Les mouvements sont faits de façon souple et toujours en accord avec son anatomie. Les senseis font en sorte de nous préserver. Tous les membres ou presque du dojo sont cassés. 

• Comment les as-tu découvert ?

J’ai découvert le iaido et jodo en 2016 au Forum des Sports via mon épouse Audrey. Étant menuisier, je travaille entre 39 et 50 heures par semaine et certains week-ends et j’étais justement pris à ce moment là. De plus, mon épouse Audrey m’a rejoint l’année suivante et nous pratiquons en couple depuis. 

• Qu’est-ce qui te motivent ?

Ça me permet d’oublier le quotidien pour me concentrer sur moi. M’améliorer dans ma pratique m’aide à me sentir plus en phase avec moi même.

Ma motivation première est de devenir meilleur que mon sempai Johnny… Et après dépasser Tex sensei… (rire). Non, en réalité je suis motivé juste par le plaisir de bien faire.

• Le Seiryukan Dojo fait beaucoup parler de lui ces derniers temps, qu’est-ce qu’il y a de particulier ?

L’ambiance décontracté et studieuse en même temps. La cohésion de groupe ainsi que l’entraide des anciens comme des nouveaux. Et bien sûr, les senseis qui n’hésitent pas à se remettre en question, à écouter nos remarques et qui ne décrètent pas tout savoir. La communication est réelle. 

• À combien de compétitions as-tu participé cette saison ?

C’est la première année où j’ai participé à 4 compétitions :

⁃ En iaido : l’Open77 et le Championnat de France

⁃ En jodo : le Championnat de France et l’Open de France

• Quels sont tes résultats ?

En jodo, j’ai fini premier en catégorie Mudan (sans dan) au Championnat de France et premier en catégorie 1 dan à l’Open de France.

En iaido, j’ai perdu en 1/4 de finale, j’ai obtenu la médaille du Fighting Spirit (médaille du mérite) lors de l’Open77 et ma prestation m’a permis de rejoindre le Groupe France. J’ai dû écrire une lettre de motivation et lorsque j’ai reçu la réponse positive de Robert Rodriguez 7 dan Renshi (sélectionneur de l’Equipe de France), j’étais tout excité comme un gamin.

• Qu’est-ce qui t’as fait le plus plaisir en remportant ces médailles ?

Ce qui m’a fait plaisir… Le fait d’être aller jusqu’au bout sans faire de grosses erreurs. Avoir bien travaillé avec mes différents partenaires (Johnny Moutinho, Jean-Baptiste Moignon et Hervé Freitas). D’ailleurs, Hervé a été mon adversaire en finale. Mais ce dont je suis le plus fier, est d’avoir réussi à gérer mon stress et dérouler mes katas sereinement.

• Combien de temps représente ta préparation aux compétitions ?

Environ 2h d’entraînement personnel réparti par petites séquences de 15 min environ, en plus des 3h30 de cours. C’est un entraînement de tout instant, au travail ou chez moi j’essaie de pratiquer, même sans arme, voir mentalement. J’essaie aussi d’avoir avoir une posture droite que ce soit en marchant ou en conduisant.

• Qu’est-ce que tu vas faire maintenant que tu es double champion ?

Double champion en effet, mais ce n’est valable que pour cette fois… L’année prochaine on recommence tout à zéro. Je ne cache pas que ça fait extrêmement plaisir, mais juste pour l’ego. Maintenant je vais travailler pour présenter mon 2e dan en jodo et être meilleur l’année prochaine. Je ne cours pas après les médailles, mais ça fait quand même plaisir.

Ces Dragons de Coulommiers font leur petit bout de chemin et continuent de véhiculer les valeurs inculquées par Guy Hallé Sensei : « Kokoro » signifiant le cœur, l’âme et l’esprit.

Vous pouvez les rejoindre au gymnase La Fayette tous les mardis de 20h à 22h pour le iaido et les jeudis de 19h30 à 21h pour le jodo.